/**
Article / Note
2016/02/24

Merci Mr Thomas

J'ai récemment participé à une session de recrutement : un boîte propose un ensemble de CV à la consultation par des entreprise, et les candidats sont contactés via le site. Malgré quelques touches du genre "requin-qui-goûte" (bonjour nous aimerions vous rencontrer, puis plus rien) j'ai tout de même obtenu quelques rendez-vous. Des rendez-vous infructueux sur le plan des débouchés, mais riche en enseignement. Ne m'étant pas frotté à cette première étape du salariat depuis quelques années j'ai refait l'expérience de "se vendre", avec des résultats mitigés.

Le principal obstacle ce fût l'inadéquation au marché : je n'ai pas pris le virage nodejs/React, ni celui d'ECMA-262 6th. Or il s'agit bien de ce qu'on veut aujourd'hui quand on construit/refait dans le neuf. J'ai donc échoué aux quizz qui m'était proposés, à savoir quelque-chose dans le goût de :

  • connaissez-vous la techno X ?
  • dans la dernière version de tel langage comment fait-on ceci ?
  • avez-vous pratiqué SCRUM ? Des méthodes agiles ?

C'est là qu'il fallait se vendre et mettre en avant la conditions compliquée d'être développeur web freelance, dans laquelle mener à bien un projet avec un client de bout-en-bout sur le long terme relève bien de l'ensemble des valeurs de l'agilité :

  • Individuals and Interactions over Processes and Tools
  • Working Software over Comprehensive Documentation
  • Customer Collaboration over Contract Negotiation
  • Responding to Change over Following a Plan

Argument auquel rajouter que la diversité des technos mises en œuvre lors de tout ces projets en indépendants en raconte finalement plus sur la capacité de s'approprier rapidement les toutes extensions des langages et frameworks du web qu'un questionnaire abscons sur les points très précis qui intéressent directement et à court terme la personne qui vous fait passer l'entretient d'embauche.

L'incompétence du candidat à mettre en avant ses points forts fût également amplifié par le désintérêt de son interlocuteur pour son parcours professionnel. Boucle bouclée.

Je viens de lire un article de Dave Thomas aujourd'hui : Agile Is Dead (Long Live Agility). J'avais besoin de lire et d'entendre ça (cf vidéo à la fin de l'article). Un personne parlant, avec simplicité et intelligence, à travers son analyse de la dérive sémantique des méthodes "Agile" aujourd'hui, de thématiques liées aux réflexions et sensations qui m'ont habité ces derniers temps.

Il va de soit qu'un développeur se doit, dans la mesure de ses possibilités, de maintenir son niveau d'expertise technique, à l'instar de tant d'autres professions, mais quid également des expériences accumulées, et du socle indispensable patiemment consolidé ? Et qui teste aujourd'hui les futurs collaborateurs sur cette valeur Courage, dont parle Dave Thomas à la fin de sa conférence ? Il s'agirait presque de la qualité principale du codeur, comment la met-on à l'épreuve ? Certains recruteurs/DT/CTO demanderaient à leurs candidats de travailler sur un projet techniquement ardu, chez eux pour maximiser l'aisance, et de discuter ensemble de la solution apportée. Seulement s'ils répondent convenablement au quizz ? Serait-il plus couteux de tester le courage et la ténacité des candidats que de tester leur adéquation à court terme à votre projet ?

Je connais d'autres développeurs courageux et tenaces qui auraient tout comme moi été priés de se faire une bonne séance de rattrapage. Sommes-nous minoritaires ? Au train où vont les choses pas pour très longtemps : profusion accélérée des technologies logicielles (laquelle suivre ? vite elle va devenir très demandée, mais laquelle ?), hyper-spécialisation des techniciens pour s'y adapter. On pourra bien se demander dans quelle direction s'oriente cette course, elle même petit echo d'une autre précipitation toute aussi compulsive, quelle est sa finalité ultime … peut-être est-elle totalement écervelée.

Voici donc la vidéo de la conférence de Mr Thomas, que je remercie ici pour sa sagesse, et la respiration qu'il m'a provoqué.

17'28''-19'45'' S'attendant à être foudroyé par l'éclair du châtiment divin : "I don't do tests !"

Pour finir, je ne veux ici dénigrer personne, aucune pierre n'est jetée. Il ne s'agit que d'une impression vécue qui vous est livrée. L'intervention à la quelle je fais référence, en revanche, mériterait d'être bien comprise par qui voudrait baser une entreprise durable dépendante de la force de travail des codeurs : comprendre ce qui, en partie, les animent.

>> Réagir à cet article